<

La compagnie

L'équipe

>

La compagnie Rêve général ! a été créée en décembre 2006 à Paris afin de concourir à la promotion, le développement et l’accès à la culture à tous les publics, en créant des spectacles ou des évènements ou en proposant des actions et des rencontres. Très concernée par le rapport aux publics, à tous les publics, et par la nécessité de faire du théâtre populaire au sens noble du terme, la compagnie quitte Paris en 2009 pour s’implanter dans les Vosges. L’objectif est d’installer la compagnie là où il y a peu de lieux de diffusion et où le rapport au public sera plus direct.

La compagnie a été fondée sous forme associative et peut compter sur une cinquantaine de bénévoles ponctuellement. Elle est gérée par un Bureau composé de deux personnes : Corinne Dellupo, la Présidente et Noëlle Godignon, la Trésorière.

Marie Normand en est l’artiste associée. L’équipe administrative est composée d’Audrey Taccori (suivi administratif), de Lucie Vauzelle (administration de tournée et de production) et de Jean-Michel Flagothier (directeur des productions). La compagnie emploie jusqu’à 25 personnes les années de création.

De 2014 à 2016, la compagnie obtient l’aide à la structuration du Conseil Régional de Lorraine, ce qui lui a permis de signer en 2015 une convention triennale avec la Ville de Mirecourt, la Communauté de communes du Pays de Mirecourt et le Conseil Général des Vosges pour la période 2015-2017.

En 2017, la Région Grand Est soutient la compagnie grâce à une aide aux festivals structurants et une autre pour la diffusion, et renouvelle son soutien en 2018 avec une aide pour le festival Off d’Avignon et une aide à la diffusion. En 2019, la compagnie reçoit de la Région Grand Est l’aide à la création.

En 2018, la compagnie signe une convention de quatre ans quadri partite avec la Communauté d’Agglomération d’Epinal, la DRAC et le Département des Vosges pour un projet de territoire autour de ses créations comprenant des tournées, des actions culturelles, des résidences de création et (sauf pour la DRAC) un soutien important à la création et à la diffusion.

La compagnie est conventionnée par la Région Grand Est de 2020 à 2022.

Axes de travail

La compagnie Rêve général ! développe, en lien avec son territoire, un projet comportant trois axes :

  1. La création de spectacles vivants en prise directe avec les questionnements et la vie des contemporains, mêlant une exigence artistique de fond et de forme avec une volonté d’accessibilité forte, comme en témoignent des résidences de création proches des publics auxquels s’adressent les spectacles (collèges, écoles…).
  2. La diffusion de ces spectacles dans la Communauté d’Agglomération d’Epinal, grâce à un fort travail de territoire, mais également sur l’ensemble du territoire national, en Suisse et en Belgique, grâce notamment à un fort réseau de structures culturelles professionnelles disséminées dans toute la France et qui suivent et soutiennent le travail de la compagnie.
  3. La médiation culturelle afin de rapprocher les spectacles des citoyens, particulièrement les jeunes et les publics empêchés. Cette médiation peut prendre des formes très différentes suivant le projet et l’objectif, avec le plus souvent une volonté de faire se croiser les publics.

Du côté de la création

La compagnie est née de l’envie de porter à la scène Le collier d’Hélène de Carole Fréchette. Ce premier spectacle, créé en 2007 au Théâtre du Nord- Ouest avec le soutien de Paris Jeunes Talents, fut joué par la suite au festival de la Clé des Champs dans le Morbihan, au Théâtre du Soleil dans le cadre du festival Premiers Pas, au Centre Culturel de Levallois-Perret et au Théâtre du Château d’Eu.

Le deuxième spectacle de la compagnie, Ma vie en boîte, créé en mai 2009, aidé par la Mairie de Paris et coproduit par la Ville de Mirecourt, est une adaptation en 22 minutes d’un conte philosophique pour deux acteurs et douze spectateurs qui peut se jouer partout et va dans les écoles, festivals et même dans les maisons. De mai 2009 à janvier 2011, le spectacle a été joué 90 fois dans des écoles, des fermes, des festivals, des bibliothèques, des théâtres à l’italienne, de Villeneuve-en-scène (Avignon) au Festival des Tchafornis (Belgique), des Vosges à la banlieue parisienne.

En novembre 2011 est créé à Scènes Vosges à Epinal (structure coproductrice du spectacle) son troisième spectacle, Roulez jeunesse !, après trois ans de préparation. S’adressant aux adolescents (dès 13 ans) et à leurs parents, ce spectacle a reçu un très bon accueil du public. Ce texte de Luc Tartar sur les premiers émois amoureux à l’adolescence a été réécrit par son auteur pour la compagnie et une nouvelle édition du texte est parue aux éditions Lansman en avril 2012. Ce spectacle a reçu le soutien financier de la DRAC Lorraine, de la Région Lorraine, du Conseil général des Vosges, de la Ville de Mirecourt et de l’Adami, a été coproduit par Scènes Vosges, les Théâtres de Charenton-le-Pont / St Maurice, le festival Méli môme et a également été soutenu par le Crea à Kingersheim, le Théâtre de l’Ephémère du Mans et le CFA des comédiens. Il aura été joué plus de 60 fois dans toute la France sur trois saisons.

En novembre 2014, Que d’espoir !, a été créé au Nest-CDN de Thionville-Lorraine, également coproducteur du projet avec le TI&L de Mancieulles. Il a été conçu comme un cabaret qui rassemble des textes d’Hanokh Levin mis en scène par Marie Normand. Sur le fond, il s’agit d’une parole qui sort de l’intime, qui se fait pamphlet pour aller interroger, dans une gaieté grimaçante, les rapports entre les hommes et l’organisation de la société, de façon plus ou moins loufoque. Cette création a été amorcée dès 2013, avec deux semaines de répétitions à la Scène Nationale de Forbach pour présenter une maquette dans le cadre du dispositif « Compagnonnage d’artistes » de la DGCA (Ministère de la Culture et de la Communication).

Une première saison de représentations d’une quinzaine de dates n’ayant pas suffi à créer une dynamique de diffusion, le spectacle s’arrête, malgré un très beau succès public.

En 2016, après avoir tiré profit du bilan de la précédente création, la compagnie se lance dans un nouveau projet, Les préjugés, une proposition théâtrale originale conçue autour du Préjugé vaincu de Marivaux et de Fake, commandé à Marilyn Mattei sur un préjugé contemporain. Il s’agit à la fois de traiter de l’évolution des préjugés, et de faciliter l’accès à l’écriture classique -particulièrement pour les spectateurs adolescents. Pour ce faire, un dispositif scénique léger, ludique et capable de s’implanter partout a été imaginé. La même distribution incarne successivement Fake puis le Préjugé vaincu, afin de créer de la complicité avec le spectateur et de l’aider à se rapprocher d’une langue et d’une problématique qui de prime abord pourraient lui paraître lointaines. Créé en mai 2016 au Lycée Agricole et Forestier de Mirecourt, ce spectacle a bénéficié de plusieurs résidences d’écriture et de répétition (en établissements scolaire et dans des théâtres) et a été coproduit par Le CDN de Béthune, la CCAS du personnel de l’énergie, le T&IL, la Passerelle à Rixheim, Scènes & Territoires en Lorraine et la ville de Champigny-sur-Marne. L’ADAMI, la Région Lorraine (dans le cadre de l’aide à la structuration), le département des Vosges et la Ville de Mirecourt en ont soutenu la création.

Sélectionné dans de nombreux réseaux professionnels (Quint’Est, Groupe des 20 en Ile-de-France, Spectacles en Recommandé…), le spectacle a été joué à ce jour 125 fois dans toute la France métropolitaine, en Suisse et à la Scène Nationale de Guadeloupe, aussi bien de de grands festivals ou dans des Centres Dramatiques Nationaux que dans des salles des fêtes ou dans des lycées. Sa diffusion au festival d’Avignon 2018 à la Caserne des Pompiers dans la sélection du Grand Est qui lui a permis de se faire connaître de nombreux professionnels et de récolter de bonnes critiques de presse nationale.

Dchèquématte, le premier volet du Projet Ursari, adaptaté par Marilyn Mattei du roman Le fils de l’Ursari de Xavier-Laurent Petit (éditions école des Loisirs), a été créé dans la Communauté d’Agglomération d’Epinal le 10 octobre 2019. C’est le premier volet d’un triptyque théâtral intitulé Projet Ursari. Il a joué 75 représentations en première saison, de Marseille à Bruxelles, dont : la scène conventionnée Pablo Picasso de Homécourt, le Théâtre Massalia à Marseille, la Passerelle à Rixheim, Pierre de Lune à Bruxelles, le Théâtre de Privas, la Scène Ernest Lambert à Châtenois, le Festival Théâtral du Val d’Oise…

Le spectacle continuera à tourner lors de la saison 2020-2021 à l’Espace Lino Ventura de Garges-les-Gonesse, Transversales à Verdun, Le Grand Bleu à Lille, le Relais Culturel de Haguenau, la Scène conventionnée Pablo Picasso de Homécourt…

Le spectacle est soutenu par le réseau Jeune Public Grand Est – la Belle Saison et dix coproducteurs : La Passerelle – Rixheim ; Espace Rohan –Saverne ; Scènes et Territoires – Maxéville ; Pierre de Lune – Bruxelles ; Théâtre Massalia – Marseille ; le Trait d’Union – Neufchâteau / Châtenois ; Pablo Picasso – Homécourt ; Transversales – Verdun ; le Fonds d’Aide à la Création Mutualisé (FACM) du Festival Théâtral du Val d’Oise – Eaubonne ; Le Relais culturel Thann-Cernay.

Il a par ailleurs été aidé à la création par la DRAC Grand Est, la Région Grand Est et l’ADAMI.

Le prochain spectacle de la compagnie, Miran, variations autour d’une absence, deuxième volet du Projet Ursari, aurait dû être créé le 18 novembre 2020 au Relais Culturel de Cernay avant une tournée d’une trentaine de représentations en première saison de Marseille (Théâtre Massalia) à Creil (La Faiencerie) et en Grand Est (Relais Culturel Thann-Cernay, La Passerelle à Rixheim, Maison des Arts à Lingolsheim, Espace 110 à Illzach, l’OMA à Commercy, le Trait d’Union à Neufchâteau, Scènes et Territoires, le NEST – CDN de Thionville et villages de la Communauté d’Agglomération d’Epinal). La création du spectacle, qui avait été reportée au  17 janvier 2021 à la Maison des Arts à Lingolsheim, a été transformée en une sortie de résidence pour des programmateurs le 2 février 2021, toujours à la Maison des Arts.

Le spectacle est coproduit par Arsenic2 à Liège (Belgique), les Espaces Culturels Thann-Cernay, Scènes et Territoires, le Théâtre Massalia (13) et le Réseau la Tribu (Région Sud).

Il est aidé à la création par la DRAC Grand Est, la Région Grand Est dans le cadre du conventionnement 2020-2022 de la compagnie Rêve général ! et fait l’objet d’une demande en cours à l’ADAMI, avec la participation artistique du Studio d’Asnières -ESCA.

L’écriture de ce spectacle a par ailleurs bénéficié du dispositif « Compagnonnage d’auteurs » de la DGCA – Ministère de la Culture.